Test du casque jet Shoei J-Cruise II

Date de révision : septembre 2020 | Testé par : Steve Lamb | Prix ​​: 429,99 £ à 519,99 £ |www.shoeisassured.co.uk

J’ai réussi à accumuler un peu moins de 1 500 miles avec le casque Shoei J-Cruise II, en conduisant une variété de vélos de notre test à long terme Suzuki Burgman 400 au Harley-Davison Fat Boy, Honda CMX500 Rebel, Royal Enfield Interceptor 650 et ma propre Ducati Scrambler Classic.

Destinés principalement au cycliste urbain, les casques jet (casques ouverts mais avec une visière intégrale) offrent toute la commodité d’un casque ouvert mais avec une partie de la protection supplémentaire et, comme je l’ai découvert, la chaleur d’un casque intégral. -casque facial.

Pour et contre

  • Superbe sur tous les vélos
  • Coupe et toucher moelleux
  • Commodité à visage ouvert avec confort intégral

  • La visière n’a que trois positions définies
  • Un peu de courant d’air autour du levier de la visière
  • Ne convient pas à tous les manèges

Coque extérieure

Le casque J-Cruise II de Shoei utilise la même construction de coque AIM (Advanced Integrated Matrix) que le reste de la gamme Shoei, y compris le casque intégral GT Air II qui partage de nombreux éléments de style J-Cruises, ainsi que le QSV- 2 pare-soleil intérieurs.

Composée d’un mélange de fibres organiques et de fibres de verre, la construction AIM offre une coque solide mais flexible tout en conservant une structure légère. Le Cruise II est disponible en trois tailles de coque et une gamme de couleurs et de finitions, du blanc brillant d’entrée de gamme, testé ici, en passant par des couleurs unies métalliques satinées et des modèles parsemés de graphismes haut de gamme pour les plus extravertis d’entre nous. Les prix varient de 429,99 £ pour le blanc et le noir de base à 449,99 £ pour les couleurs mates jusqu’à 519,99 £ pour celles avec des graphiques.

Conformément au GT Air II, le J-Cruise II dispose d’interfaces conçues spécifiquement pour s’adapter au système d’interphone Bluetooth Sena SRL, qui est disponible séparément.

Poids

Malgré l’absence de mentonnière et les systèmes de ventilation habituels qui y sont logés, le Shoei Cruise II pèse 1450 g, une augmentation de 200 g par rapport au modèle J-Cruise sortant, et plus que le casque intégral GT Air II sur lequel une grande partie de la conception est basée. Une partie de ce poids est inférieure à la visière intégrale qui pèse 190 g, mais le reste du poids reflète le travail accompli par Shoei pour faire du Cruise II plus qu’un simple casque à face ouverte.

Ce poids supplémentaire est imperceptible lors de l’utilisation, mais donne une sensation rassurante de « premium » au casque qui manquait sur certains casques moins chers que j’ai portés.

Ventilation

Bien que l’idée d’une ventilation supplémentaire sur un casque ouvert puisse sembler exagérée (je l’ai certainement fait avant de le porter), vous vous rendez vite compte qu’elle est tout aussi essentielle que sur n’importe quel casque intégral.

Avec la visière intégrale en position verrouillée, j’ai été étonné de voir à quel point peu d’air pénétrait dans le casque par le dessous, et les jours les plus chauds, j’ai rapidement atteint les grands évents montés sur le dessus facilement accessibles pour faire circuler l’air à travers le couvercle . Les matins plus froids, la visière s’embue rapidement lorsqu’elle est complètement fermée. Cela serait résolu avec un insert de verrouillage à goupille, qui étonnamment n’était pas inclus avec le casque.

Les trois évents supérieurs ont une action coulissante à trois positions – fermée, ouverte et médiane. En déplacement, ils fonctionnent très bien pour fournir un fort flux d’air à travers le casque, en collaboration avec l’évent d’échappement arrière.

Visières

La grande visière extérieure CJ-2 a trois positions de détente – complètement fermée, complètement ouverte et une position qui est mieux décrite comme fermée aux quatre cinquièmes, ce qui est utile pour une utilisation à vitesse lente et évite la buée de la visière mentionnée ci-dessus. Lorsqu’il est fermé, le coin inférieur gauche de la visière (qui a une détente circulaire) se verrouille sur une cheville correspondante sur la joue du casque. Relever la visière lorsqu’elle est verrouillée nécessite une force vers l’extérieur pour « décrocher » la cheville. Cela semble plus compliqué qu’il ne l’est en pratique, et devient vite naturel.

La visière se change facilement avec un simple levier de chaque côté qui, lorsqu’il est complètement ouvert, libère le support pivotant de la visière. Une gamme de visières est disponible pour le J-Cruise II, y compris la fumée claire (comme illustré), la fumée claire et foncée (non légale pour une utilisation sur route au Royaume-Uni) et pour cette rétro-vibe une finition miroir fumée (également non légale sur la route au Royaume-Uni) .

Toutes les visières principales sont équipées de supports Pinlock pour, mais malheureusement pas fournis avec, un insert CJ-2 Pinlock Evo. Si vous envisagez de passer du J-Cruise au J-Cruise II, sachez que le même insert Pinlock est compatible avec les deux casques.

Le pare-soleil intérieur rétractable (QSV-2) est partagé avec le casque intégral GT-Air II et offre une zone ombragée de 5 mm plus grande que le casque J-Cruise sortant. Cela permet d’éviter l’effet de halo lumineux qui affecte certains casques avec une visière rabattable, bien que l’ajustement soit important pour s’assurer que cela est minimisé car il y a encore un espace important autour du bas de la visière. La visière intérieure est également remplaçable et se retire facilement. Deux leviers positionnés entre la coque et les coussinets de joue verrouillent la visière en position abaissée, permettant d’ouvrir soigneusement les clips de fixation et de retirer la visière. La visière intérieure est disponible en fumée foncée (telle que testée) ou en jaune, pour un meilleur contrat dans des conditions de faible luminosité.

La visière est relevée et abaissée par un curseur latéral qui, bien qu’assez grand pour fonctionner avec des gants d’hiver, n’est pas tout à fait positionné là où vous l’attendriez. Même après près de six mois et plus de mille kilomètres d’utilisation, je me retrouve à chercher le levier. Une fois trouvée cependant, la visière est relevée et abaissée (le curseur fonctionne à l’envers de la visière – abaissez le curseur pour relever la visière) avec une opération fluide et facile et je n’ai trouvé aucun problème avec le port de lunettes sous la visière.

Garniture

La doublure est vraiment là où le Shoei J-Cruise II excelle et reflète son prix haut de gamme. Les coussinets de joue et la calotte crânienne sont facilement amovibles du J-Cruise II à l’aide de boutons-pression pour le positionnement et de languettes cachées le long des bords pour assurer un ajustement parfait et propre autour de la jupe du cou. Chaque élément de doublure est composé d’une combinaison de tissu lisse et soyeux pour les zones à fort frottement, de molleton pour la chaleur et le confort dans les zones susceptibles d’être exposées au flux d’air (l’arrière du cou et les coussinets de joues) et de tissage gaufré pour la calotte crânienne permettant une circulation d’air et un refroidissement accrus. Les surfaces inférieures des coussinets de joue sont finies dans un matériau semblable à du vinyle résistant à l’eau pour empêcher la doublure d’évacuer l’eau de la base lorsqu’elle est portée sous une pluie battante. Enfin, la sangle est gainée d’une doublure polaire amovible qui est maintenue en place par des boutons pression. Bien que fastidieux à retirer et à remplacer, au moins ceux-ci peuvent être lavés en cas de besoin.

Comme le retrait du casque en cas d’urgence est plus facile qu’un casque intégral, il n’y a pas de coussinets de joues à dégagement rapide dans le J-Cruise II.

Autrefois réservé aux navetteurs urbains en scooter, le casque de style jet offre-t-il une alternative réaliste aux casques intégraux traditionnels ?

Fixation

Le Shoei J-cruise II est fixé avec une fermeture à micro cliquet permettant cinq positions de réglage. Un réglage supplémentaire est possible via une glissière de réglage de sangle standard sur la mentonnière. La languette de déverrouillage est simplement soulevée pour libérer la sangle, de la même manière que la ceinture de sécurité d’un avion et est facile et rapide à utiliser, même avec des gants d’hiver volumineux. Cette méthode de fixation nécessite un peu plus de configuration par rapport à un double anneau en D traditionnel, mais une fois effectuée, elle permet une fixation beaucoup plus rapide et plus facile tout en permettant une plage de réglage si vous souhaitez porter des buffs ou des cagoules sous votre couvercle.

Ajuster

L’ajustement est très subjectif et vous devriez toujours essayer une gamme de casques avant de faire votre choix. Cela est particulièrement vrai avec le Shoei J-Cruise II où la combinaison d’une coque plus profonde et d’un front plus épais (abritant la visière interne) m’a obligé à passer d’une taille moyenne à une taille large.

Bruit

En raison des courbes composées et du spoiler de menton sur la grande visière, lorsqu’il est abaissé, le Shoei j-Cruise II est très silencieux – étonnamment pour un casque à face ouverte. Naturellement, lorsqu’il est ouvert ou partiellement ouvert, il y a une bonne quantité de bruit du vent car le mécanisme de la visière et l’intérieur du casque sont exposés au flux d’air. J’ai remarqué une petite quantité de bruit provenant du curseur de réglage de la visière interne monté sur le côté gauche du casque, mais je suis vraiment tatillon maintenant. Je porte toujours des bouchons d’oreille lorsque je roule et je n’ai fait aucune exception pour le J-Cruise II.

Pour plus d’informations sur les raisons pour lesquelles les bouchons d’oreille sont essentiels avec n’importe quel casque, et des conseils sur lesquels sont les meilleurs, Cliquez ici.

Conclusion

J’avais toujours rejeté les casques Jet comme étant uniquement destinés aux scooteristes, mais je dois dire que mon opinion a été totalement changée par le Shoei J-Cruise II, qui est rapidement devenu mon casque de premier choix lorsque je suis en déplacement – non peu importe le vélo que je conduis.

Clairement ce n’est pas va être un coffre-fort comme un casque intégral et, par exemple, ne serait pas autorisé les jours de piste, mais pour la majorité de la conduite quotidienne, c’est un excellent choix de casque et vaut la peine d’essayer si vous cherchez un changement par rapport à la norme .

About 1t76c

Check Also

Conteneur d’émulseur à haut foisonnement ANSUL JET-X 2 3/4 %

ANSUL JET-X 2 3/4% Conteneur de concentré de mousse à haut foisonnement – 431175 L’émulseur …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *